top of page
  • Jérémie Proulx

L’extraction du carbone atmosphérique avec l’aide de la géothermie : une combinaison rêvée?



Written by: Jérémie Proulx

Edited by: Vanessa Lu Langley


Il y a seulement quelques années, bon nombre d’analystes étaient réticents à l’égard de l’extraction du carbone atmosphérique par des procédés chimiques. Aujourd’hui, le potentiel de cette technologie s’avère plus convaincant que jamais. Pas besoin d’aller bien loin afin d’en avoir le cœur net : suffit d’aller jeter un coup d’œil aux activités de nos voisins américains. En effet, les États-Unis ont annoncé en août dernier vouloir investir 1,2 milliards de dollars dans les technologies de captage de dioxyde de carbone (CO2) atmosphérique (Le Van, 2023). Cependant, la réserve de certains experts relativement à ces projets de grande envergure n'est certainement pas sans raison. Ces procédés chimiques avancés nécessitent un énorme apport en énergie et en chaleur, d’où les coûts importants rattachés à ces activités de captage. 

Or, il existe une manière efficace et peu coûteuse de produire de l’énergie et de la chaleur. Vous l’avez deviné, il s’agit bel et bien de la géothermie. Il se trouve que la température nécessaire à l’extraction du carbone atmosphérique par capture directe correspond exactement à celle atteinte grâce aux rejets en chaleur des activités des centrales géothermiques, soit 212 degrés Celsius (Osaka, 2023). Miracle, vous me direz! En combinant ces deux activités, si les États-Unis dédiaient l’utilisation de ses centrales géothermiques au captage du carbone atmosphérique, un grand total de 12,8 millions de tonnes de CO2 seraient siphonnés de l’air annuellement (Osaka, 2023). Plutôt impressionnant!

En outre, les affinités entre le captage direct du carbone atmosphérique et la production d’énergie géothermique ne s’arrêtent pas là. Le CO2 qui sera siphonné de l’air devra éventuellement être stocké dans les profondeurs de la Terre. Plusieurs stratégies ont déjà été mises en place dans le but de rendre ce processus de stockage énergétiquement avantageux. L’une d’entre elles permettrait, en faisant recours aux formations géologiques riches en roches et en eau saline, de faire remonter la chaleur absorbée par le CO2 stocké dans ces formations (Anthropocene, 2020). Cette même chaleur pourrait soit être transformée en énergie, puis en électricité, soit être directement utilisée pour alimenter le processus de captage direct du CO2. 

Toutefois, il n’existe pas d’unique et bonne manière de combiner la géothermie et le captage direct du CO2. Effectivement, c’est Fervo, avec l’aide de Google, qui est en tête de liste dans le domaine alors qu’elle utilise entre autres des technologies différentes, quoique similaires d’une certaine manière. Son succès est notamment attribuable à ses techniques de forage avancées. Cette compagnie fait recours à des techniques telles que le fracking (Temple, 2023). En créant ou en élargissant des craques sous la surface de la Terre, Fervo est parvenu à faciliter la circulation d’eau chaude en milieux souterrains. Cette technique, originellement utilisée dans l’industrie pétrolière, multiplierait les opportunités pour l’industrie géothermique. Or, les principales répercussions du fracking sur les environs ne sont pas à négliger. En effet, cette technique contribue aux risques de tremblements de terre (Temple, 2023). Il importe donc d’évaluer si la séquestration de CO2 ainsi que le fracking sont, d’une certaine façon, des techniques aux conséquences relativement similaires, sachant que toutes deux consistent à injecter un certain contenu dans les craques souterraines. 

Pour tout dire, ce serait mentir de dire que la séquestration de carbone est aussi problématique que le fracking. En effet, les fractures créées dans les réservoirs géologiques par la séquestration du carbone sont moins imposantes, mieux contrôlées et sous moins haute pression que celles engendrées par le fracking (Roberts, 2020). Il convient d’autant plus de mentionner que les projets de séquestration de CO2 doivent tenir compte de normes de sécurité bien plus sévères que les projets de fracking dans l’industrie pétrolière, aussi ironique que cela peut sembler si l’on considère les retombées environnementales de cette dernière.


Tout de même, une grande responsabilité revient donc aux compagnies qui utilisent l’une ou l’autre de ces techniques, s’avérant fort important de procéder à une analyse assidue et détaillée des potentiels réservoirs où soit la séquestration ou bien le fracking aura lieu. C’est exactement ce que fait le National Energy Technology Laboratory selon Traci Rodosta : les différentes agences de réglementation limitent les taux d’injection d’eau et la pression dans ces réservoirs, rendant donc le fracking plus sécuritaire (S. Patel, 2009). Elle ajoute que ces directives seraient également suivies en ce qui concerne la séquestration de carbone. 


Tout bien considéré, cette synergie entre l’énergie géothermique ainsi que le captage direct et la séquestration du carbone est plus que jamais prometteuse. Bien sûr, son potentiel devra être utilisé avec une certaine précaution, mais si l’on veut réellement atteindre la neutralité carbone, il sera indispensable de prendre certains risques. Alors que les températures mondiales grimpent en raison de l’effet de serre, que les inondations se multiplient et que la pollution atmosphérique ne cesse d’augmenter, les risques associés à la séquestration du CO2 semblent bien plus que tolérables.


_________________________________________________________________

Références:

Anthropocene Team. “Researchers Combine Geothermal Energy with CO2 Capture to Create a Novel Self-Sustaining Loop.” Anthropocene, 8 Oct. 2020, https://www.anthropocenemagazine.org/2020/10/the-immense-potential-of-solar-panels-floating-on-dams/.


Le Van, Quentin. “Les États-Unis Investissent Un Milliard de Dollars Dans La Captation Du Carbone.” La Croix, 14 Aug. 2023, https://www.la-croix.com/environnement/Etats-Unis-investissent-milliard-dollars-captation-carbone-2023-08-14-1201278791.


Osaka, Shannon. “How This Company Plans to Use Earth’s Heat to Cool the Planet.” The Washington Post, 23 Feb. 2023, https://www.washingtonpost.com/climate-solutions/2023/02/23/geothermal-direct-air-capture-fervo/.


Patel, Sonal. “Of Fracking, Earthquakes, and Carbon Sequestration.” POWER, 1 Aug. 2009, https://www.powermag.com/of-fracking-earthquakes-and-carbon-sequestration/.


Roberts, David. “Geothermal Energy Is Poised for a Big Breakout.” Vox, 21 Oct. 2020, https://www.vox.com/energy-and-environment/2020/10/21/21515461/renewable-energy-geothermal-egs-ags-supercritical.


Temple, James. “2023 Climate Tech Companies to Watch: Fervo Energy and Its Geothermal Power Plants.” MIT Technology Review, 4 Oct. 2024, https://www.technologyreview.com/2023/10/04/1080130/2023-climate-tech-companies-fervo-energy-geothermal-power-fracking-climate-technology/.

123 views0 comments

Recent Posts

See All

Comments


bottom of page